Jardinage naturel par Jean Rvière

Jean Rivière propose à qui veut le fruit de ses 40 années d’expérience et de pratique du Jardinage naturel.
Il nous amène à un regard plus juste sur notre rapport à la nature et nous invite à mettre en application des méthodes très simples, empreintes de respect et d’humilité, sources de l’observation de ce que la nature crée bien mieux que nous : l’harmonie naturelle.

Conférence-atelier dynamique, où Jean Rivière viendra répondre à toutes nos questions concernant le jardin et partagera avec nous sa riche expérience dans le domaine. La réussite d’un jardin est dans la connaissance et la conscience de l’équilibre naturel, qu’il raconte et partage avec passion.

Cultiver peut être bien plus simple qu’il n’y parait.

Les plantes, les fleurs et les insectes sont à tour de rôle compagnons, prédateurs, complémentaires ou pollinisateurs. Tous indispensables à l’harmonie de l’ensemble.

Une agriculture naturelle… 1/13

Pas d’arrosage… 2/13

Les outils… 3/13

Carton, paillage… 4/13

Maîtriser la température du sol… 5/13

Merci vers de terre… 6/13

Fini les tracteurs… 7/13

Ce qu’il faut savoir… 8,13

Merci scarabée… 9/13

Chercher la cause… 10/13

Aromatiques et officinales… 11/13

Pas de recette, l’expérience… 12/13

Les semis…

 

Jean Rivière – « Observons la nature et cultivons ensuite » (Intégrale)

Montage d’une conférence donnée le 1er Avril 2012 à Roquevaire, dans les Bouches-du-Rhône, pour l’association « Les Nouveaux Mondes »
( http://associationlesnouveauxmondes.com/ )

Jean Rivière est un jardinier depuis 40 ans, qui s’est chargé de la belle mission de nous ramener à l’évidence et la simplicité dans un jardin qui n’a finalement besoin de presque rien pour offrir abondance de récoltes.
Il s’agit de jardiner, conscients que notre interaction d’amateurs crée la plupart du temps des déséquilibres ou des disharmonies qui engendrent alors des invasions de nuisibles ou de maladies ou autres problèmes de carence.

Les fondamentaux :

  • Le sol doit toujours être recouvert. On utilisera alors un paillage  de 30cm (paille, broyât de bois, voire même de pierre, …) dont l’épaisseur sera fonction des végétaux mais surtout de la température obtenue à la surface du sol.
  • La température à la surface du sol doit être de 25°C. Ce que permet donc un bon recouvrement et qui attire les vers jusqu’à la surface de la terre afin. Ils font 80% du travail du jardinier!
  • Connaitre l’origine des plantes. Ex : tomate -> Mexique -> temps sec, pas d’arrosage
    aubergine, fraisier, haricot vert, artichaut -> Asie -> chaud (25°C) et humide (pluie en soirée)
  • Ne plus arroser, sauf si très importante sécheresse. La nature se suffit de la pluie avec un bon paillage (s’équiper d’un pluviomètre pour suivre l’évolution de l’apport naturel en eau)

Le « paillage » :

L’idéal est de pouvoir préparer son terrain à l’automne pour que la terre soit naturellement travaillée au printemps 

  • Plantes annuelles : utilisation de paille (reste d’une culture de grains (blé, seigle, etc..) et non de foin (herbe fauchées contenant de nombreuses graines non-désirées)
  • Plantes vivaces et persistantes (artichaut, arbustes et arbres, fraisiers, framboisiers, …) utilisation de broyât de bois ou BRF (bois raméal fragmenté), de feuilles séchées, copeaux…
  • L’épaisseur sera fonction donc de la température de surface du sol ainsi que de l’exigence des plantes cultivées (une salade ne pouvant pousser avec 30cm de paille)

Nouveau terrain :

Inutile de bêcher, de gratter ou de travailler la terre de quelque façon que ce soit

  1. Déposer simplement le paillage là où l’on va cultiver. 3 à 6 mois plus tard, le terrain sera travaillé par les vers de terre de 15 à 30cm
  2. Écarter le paillage et planter
  3. Remettre le paillage et arroser par-dessus de 3 à 5l par plant
    (Seul arrosage normalement nécessaire, la pluie suffira ensuite)

Semis :

  1. Écarter le paillage puis semer, toujours sans gratter la terre, en respectant la densité au m² (se référer à la notice pour chaque type de graines. Ex : carotte, radis : 1g/m²)
    Pour les faibles densités, mélanger les graines à du sable pour augmenter le volume et facilité la répartition
  2. Recouvrir de 2 à 3 doigts de paille puis arroser pendant 1 à 2 jours (seulement)

Selon l’origine des variétés :

Il est important d’adapter l’attention que l’on porte à une plante à ses besoins originels.
Une espèce habituée à recevoir des pluies en soirée et une forte humidité apprécieront d’avoir le feuillage arrosé le soir, recréant ainsi un environnement plus propice à son développement !
De même, les plantes ne recevant pas d’eau sur leur feuillage régulièrement apprécieront de rester au sec, comme les tomates et les courgettes.

Arbres et arbustes :

  • Le paillage (BRF) d’environ 30 cm se fait sur une surface équivalente aux recouvrements par les branches. « Vendez votre motoculteur, votre grelinette, etc… et achetez-vous un broyeur de végétaux ! » (et profitez-en pour l’acheter à plusieurs et de meilleur qualité)
  • Pour prévenir des maladies, il faut, encore et toujours, recréer une harmonie en ajoutant de la biodiversité, des fleurs et laisser l’équilibre naturel se faire.
  • Planter des fleurs aux pieds des arbres : Capucines, Ail, Oignon à monter en graine…

«Nuisibles» et maladie :

Par expérience personnelle, il faut quasi autant de fleurs et aromatiques que de légumes afin que beaucoup de vie et d’harmonie se crée.
Si l’on recrée un équilibre et une harmonie dans le jardin, tous les insectes vont venir. Il n’y en a pas de mauvais, car ils servent tous le même but, la vie. Il y a ce pendant des astuces qui permettent de diminuer l’impact de ceux qui nuisent de trop.
Exemple de déséquilibre typique : le sur-arrosage qui va « pousser » la plante attirant bien souvent pucerons qui vont profiter d’un excès de sève aux extrémités de la plante.
Si un bon paillage est fait :

  • Pucerons : à l’arrivée de ceux-ci, chercher les causes (dont on est responsables par ignorance -> se mettre donc en cause) puis nettoyer avec un chiffon les plants colonisés pendant 1 à 2 jours. On peut également arroser le feuillage des arbres, généralement le nuisible ne revient pas.
  • Cloque des fruitiers à noyaux : planter de l’ail tous les 40cm dans le BRF
  • Fourmis, il existe certains répulsifs : Basilic, Lavande, Ail…
  • Rongeurs, taupes, rats taupiers : 4 essences à mettre à la périphérie du potager : Ricin, Fritillaire, Incarvillea et Euphorbe

 

Prenez-en de la graine avec le jardinage au naturel

in Midi Libre

Ce n’est pas du jardinage biologique, encore moins de la biodynamie si tendance actuellement. En fait, c’est encore plus facile, « mais réservé exclusivement aux jardiniers amateurs », précise Jean Rivière. Conseiller au club local de Lézignan des Jardiniers de France, il prêche depuis de longues années pour le jardinage au naturel. Une méthode qui ne manque pas de surprendre, même parmi les passionnés expérimentés. Pourtant, le jardinage au naturel porte ses fruits et Jean Rivière ne manque pas de le démontrer chaque lundi lors des réunions organisées à la Maison de l’entreprise (1).Fondé sur l’observation de l’environnement, le bon sens et le respect de la terre, le jardinage au naturel obéit à un principe simple : il est question de pailler la terre avec une épaisse couverture de plusieurs dizaines de centimètres. Bottes de paille et broyat doivent être installés dès cet automne (de préférence après une grosse averse) : « De la sorte, tout au long de l’hiver, les vers de terre vont faire leur travail et remonter vers la surface », explique Jean Rivière. Au printemps, il suffira de planter entre la paille : labourée en douceur par les lombrics, rééquilibrée par la micro faune, la terre sera prête à être cultivée. Plus besoin de s’éreinter à bêcher ou encore d’arroser à outrance. « En observant ainsi la nature et en tenant compte de l’équilibre de la faune et de la flore au jardin, les plantes ont alors un cycle normal et résistent aux maladies. C’est tellement basique, que c’est difficile à entendre », admet Jean Rivière. « Cette méthode remet en question tout ce que nous avons pu apprendre… il faut être prêt psychologiquement », ajoute-t-il. Pourtant, le résultat est concluant et ceux qui ont testé le jardinage au naturel ne veulent plus revenir en arrière. Certes, il faut s’habituer à l’esthétique du paillage consistant autour des cultures. Mais une fois ce cap dépassé, le jardinage au naturel ne réserve que des bonnes surprises et présente bien des avantages. « Finalement, ce qui devient le plus important c’est d’observer l’équilibre du jardin et d’être en conscience avec soi-même », assure Jean Rivière. D’ailleurs, dans les établissements scolaires du département où il intervient, sa méthode fait école auprès des élèves : alors, comme les jeunes pousses, il est temps d’en prendre de la graine ! 1 : Les réunions ont lieu chaque lundi à 16 h 30 à la Maison de l’entreprise (rue Eiffel). L’accès est libre : dans un premier temps, il est possible d’assister aux rencontres sans adhérer. Des visites des jardins avec conseils à la clef sont proposées. Rens. : 06 07 03 33 50.Autour de Jean Rivière, les amateurs passionnés s’initient au jardinage au naturel et abordent des thèmes variés (potager, rosiers, plantes officinales et aromatiques…).

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s