Histoire de PATÉREAU…

20 octobre 2011

…“y’a plus d’lait pour demain ! Va chercher du lait à la ferme, et ne traine pas ! ou tu croiseras le patéreau !” Même pas peur … quand il faisait jour ! mais quand l’hiver arrivait et que j’allais à la ferme à la nuit tombée, j’avais une trouille…

Et puis comme je n’ai jamais été une petite fille précieuse, on me disait parfois “regarde dans quel état tu es, on dirait une Patéreau !!!” Pfffff, m’en fiche…

Je n’ai plus entendu cette expression pendant des années, et puis à force de me voir récupérer des trucs et bricoler des machins sur le trottoir devant la maison…le nom de Patéreau revient à mes oreilles. Comme quoi, ça me poursuit…Même mon mari s’y met.  Pfffff…m’en fiche…(maintenant j’ai l’droit d’le dire) ça m’fait rire, et lui aussi . J’ai même appris il y a quelques temps qu’on disait “Patéreau peaux d’lapins”. 

Mais c’est quoi un Patéreau ??? (Merci Internet) : Nom employé dans le sud-est, et plus particulièrement dans le Dauphiné. Le patéreau était un homme pauvre qui subsistait en achetant aux gens de son village les chiffons et les peaux de lapins pour les revendre ensuite à des tailleurs d’habits. Il passait dans les rues en criant « Patéreau, Peaux de lapins, dix sous le kilo » et les habitants des villages qui possédaient souvent des lapins, des poules, des cochons… lui vendaient les peaux des lapins. On disait aussi “chiffonnier”. 

vendeur%20de%20peaux%20de%20lapin[1]

C’était un métier difficile…. le chiffonnier, personnage solitaire, cheminant à pied à travers la campagne inquiétait. Généralement, on ne le laissait pas entrer dans la maison; l’échange se faisait sur le pas de la porte. Il circulait seul avec une grande hotte ou avec une charrette tirée par un âne, ou même un chien. Le chiffonnier était également appelé « Biffin », mot dérivant de « Biffe »: chiffon, objet sans valeur.
Par extension, le mot Biffin désigne parfois le 
brocanteur.

Non non,  je n’achète pas de peaux de lapins !!! mais c’est vrai, j’aime bien récupérer des vieux trucs, et bricoler des machins. Je suis bien quand j’enfile ma tenue de combat (Une pince dans les cheveux, un vieux jeans et un Tee Shirt bien malmenés). Alors je m’assoie sur le bord du trottoir, et je bricole, parfois sous le regard des touristes de passage…

* * *   * * *   * * *   * * *   * * *

Encore un dernier petit mot , mais cette fois pour vous remercier de vos passages parfois silencieux, parfois avec de gentils commentaires.

Merci aussi à tous les abonnés pour votre confiance, j’espère ne pas vous decevoir avec mes petites histoires de …

 

 

Posté par histoireetpatine à  –  – Commentaires [8] – Permalien [#]
Tags : 
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :