Qu’est-ce qu’une monnaie ? (en bref)

On distingue dans l’histoire et l’évolution, trois systèmes de monnaie :
• la monnaie marchandise
• la monnaie divisionnaire standardisée – pièces et billets
• et finalement la monnaie fiat – scripturale.

La monnaie a trois grandes fonctions :
• Une unité de compte
• Une fonction d’intermédiaire dans les échanges
• Une fonction de « réserve de valeur »

La monnaie est un système complexe
La solution structurelle est donc claire également : il faut augmenter la diversité de agents monétaires dans notre écosystème économique et augmenter les interconnections. Cela provoquera une réduction de l’efficacité. Mais ce que la nature nous apprend, c’est qu’un système complexe ne peut survivre que lorsque la diversité et l’interconnectivité ne sont pas indûment sacrifiées au nom de l’efficacité.

Un processus d’introduction de monnaie locale complémentaire en trois étapes :
• une phase d’analyse pour réfléchir et faire réfléchir à ce que l’introduction d’une nouvelle monnaie est susceptible d’apporter dans la région ;
• une phase de sensibilisation afin de convaincre les décideurs, d’obtenir leur appui, et de se procurer un certain nombre de relais au sein de l’opinion locale ;
•  la phase de lancement, c’est-à-dire la mise en oeuvre du projet durant laquelle on encouragera la participation de la population.
Il est important que le financement de l’ensemble du processus soit correctement préparé et qu’un budget spécifique soit réservé à chacune de ces étapes.

Une monnaie pour quoi faire ?

Il faut définir le but de la monnaie en tant que facilitateur d’échange (ce que l’on souhaite faciliter), unité de compte (ce que l’on mesure) et réserve de valeur.
• Quelle taille critique ?
• Que mesure la monnaie ?
• Faut-il une masse monétaire stable ?
Typologie d’une monnaie
La description d’une monnaie doit tenir compte de cinq caractéristiques : son objectif, sa forme, sa fonction, la manière dont elle est créée, son mode de financement.

En fonction de son objectif
• Des monnaies d’économie locale ou régionale pour favoriser le développement économique ;
• Des monnaies sociales pour développer la solidarité et le lien social ;
• Des mode réputation pour favoriser les mécanismes de confiance ;
• Des monnaies affectées pour favoriser une activité humaine.

En fonction de sa forme
• Les marchandises
• La monnaie-papier et les pièces
• La monnaie électronique
• Formes combinées

Selon sa fonction
• La monnaie comme unité de compte
• L’argent comme moyen d’échange
• L’argent comme réserve de valeur

En fonction de la manière dont elle est créée
• Monnaie et convertibilité garantie
• Prêt sans garanties
• Monnaies achetables et échangeables
• Les monnaies d’entreprise
• Le crédit mutuel
Dans l’ordre de cette liste, il est important de noter que la capacité de la monnaie à susciter la confiance diminue.

En fonction de son mode de financement
Aucun financement supplémentaire
Cotisations régulières
Frais de transaction
Autres méthodes

Mise en place d’une monnaie locale complémentaire ?

Les huit critères d’une monnaie complémentaire :
1. Le système doit être gagnant-gagnant pour tous les participants.
2. Il doit être organisé en vue du bien commun.
3. Il doit faire l’objet d’une mise en œuvre professionnelle.
4. La transparence des comptes et des mécanismes en jeu vis-à-vis des utilisateurs doit être totale.
5. Un contrôle démocratique doit pouvoir être exercé par les utilisateurs.
6. Le système doit bénéficier d’un financement ou d’une stratégie financière durable.
7. La circulation doit être garantie.
8. Il sera animé d’une volonté de collaboration avec les autres projets.

Quelle pistes pour notre monnaie ?

• concilier les impératifs de l’efficacité économique avec le respect de la justice sociale et de l’environnement.

• Oser se lancer dans l’aventure d’un projet de monnaie locale complémentaire, c’est finalement pour les citoyens le meilleur moyen de s’approprier les réponses.

• Une monnaie locale ne présentera un gain pour chacun que si ce gain est clairement identifiable par les participants.

• Idéalement, la monnaie locale fait partie intégrante d’une stratégie cohérente de développement local, trois composantes se révèlent très utiles dans ce contexte :
– un système de bons, achetables en euros, assurant la fonction de moyen de paiement
– un cercle de coopération, c’est-à-dire un système de compensation permettant l’échange des biens et des services sans nécessité de faire intervenir l’argent officiel
– une banque locale coopérative, qui comme toutes les banques, permet de constituer une épargne et de fournir du crédit, mais qui accorde à ses membres des prêts à taux zéro, liés à un plan d’épargne simple et clair
Aux trois fonctions classiques de la monnaie, il est important d’en ajouter une quatrième : elle devrait aussi devenir un instrument de don et pourrait remplir une fonction éthique si on lui assigne un certain nombre d’objectifs sociaux ou d’intérêt général. Chacune de ces composantes peut se justifier et être introduite séparément, mais leur combinaison produit des effets de synergie et garantit le succès de la nouvelle monnaie.

• L’intérêt des prestataires :
– Seuls les prestataires peuvent reconvertir leur MLC en euros (pour payer par exemples taxes et factures).
– Donner un surcroît de sens à l’activité professionnelle des prestataires.
– Intégrer un réseau labellisé éthique.

• Il ne s’agit pas d’une monnaie officielle, son utilisation n’a donc rien d’obligatoire, tout repose sur la bonne volonté de chacun pour l’accepter ou la refuser.

• Le champ de validité est, volontairement, conçu pour privilégier fonctionnellement ou géographiquement à un territoire

• Les monnaies locales ne génèrent pas d’intérêt.

• Le but recherché est de motiver les usagers à l’utiliser comme pur instrument d’échange.

• les monnaies locales permettent de :
– mobiliser les ressources locales sous-utilisées afin de faire mieux correspondre l’offre et la demande locale ;
– réduire le chômage dans un bassin de vie ou une localité ciblée ;
– renforcer le pouvoir d’achat dans le bassin de vie ;

• Est-il possible de créer des mixes de toutes ces monnaies dans une formulation originale ?

• Peut-on cependant imaginer dès à présent des monnaies adaptées à faciliter l’innovation, des “monnaies de l’innovation” ?

• Peut-on imaginer plusieurs façons d’obtenir de la monnaie complémentaire ?

• Comment étendre la sphère de l’autonomie sans marchandiser des échanges qui pourraient provenir du don/contre-don ? Comment garantir les montants ainsi affectés ?

• De toutes les expérimentations collectives toujours menacées d’être des « systèmes d’enfermement local », les projets de monnaies complémentaires « adossées » sont peut-être ceux qui ont le plus fort potentiel d’ouverture.

• Dans ces espaces publics de proximité ainsi ouverts, la question du sens de nos actes et des valeurs que nous y engageons peut être posée. Hors de tout dogmatisme hautain et moralisateur, les projets de monnaies complémentaires construisent des « situations » dans lesquelles sont favorisées la discussion plutôt que l’affrontement, la coopération plutôt que la compétition, la bienveillance plutôt que le chacun-pour-soi, la solidarité plutôt que l’égoïsme, la transparence plutôt que l’opacité, la démocratie générale plutôt que le laisser-faire, la décence plutôt que le mépris, etc.

• Attention pour le groupe porteur d’un tel projet à ne pas chercher à courir tous ces lièvres à la fois, dans une course éperdue au « tout ou rien » : suffisamment discuter pour choisir et ordonner ses priorités. La crise est globale ; des solutions devront être locales et diversifiées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s