Une deuxième vie pour les légumes invendus

in terraeco.net

Vidéo – Fini le gaspillage. Désormais, les légumes abîmés et non vendus sur le marché seront triés, émincés, concassés… au sein de conserveries installées dans les villes. Cuisinés en bocaux, ils régaleront, l’hiver venu, les Ekovores.
Le Baromètre de cet article

Terra eco diffuse, en partenariat avec les Ekovores, 14 épisodes, de 2 à 10 minutes chacun. Une série animée qui propose des solutions pour se nourrir autrement, en limitant son impact environnemental et en favorisant l’économie locale.

Le projet des Ekovores part d’un rêve, celui de Faltazi, une agence nantaise de design industriel. Celle-ci veut construire un mode de vie durable, moins consumériste, moins dépendant des énergies fossiles et donnant une place plus importante à l’économie en circuit court.

Retrouvez l’épisode sur les pétrolégumes, comment jardiner en ville, pourquoi installer une ferme en plein centre, et faire son marché sur l’eau.

Il est urgent de rendre nos villes moins dépendantes. L’effet croisé de crises climatiques, énergétiques, sociales, financières, alimentaires et sanitaires nous pousse à questionner, de manière plus approfondie, les ressources locales et leur implantation sur le territoire.Nos recherches se sont donc orientées vers les questions de résilience et d’économie circulaire. Comment renouer, aux abords des villes, avec une production alimentaire locale, biologique et de saison ? Comment créer une dynamique qui génèrera l’expansion d’une nouvelle complicité entre agriculteurs et mangeurs locaux ?

« Projet-système », Les Ekovores propose ainsi la création de quartiers fermiers
qui intègrent mieux les composants de cette filière alimentaire locale.

L’intervention de Faltazi a consisté en la création d’équipements pour chaque étape de la production locale de denrées :
Systèmes préfabriqués de fermes d’urgence pour la production en ceinture verte; dispositifs « urbagricoles » installés dans les espaces publics; moyens de transports pour la distribution des productions; modules préfabriqués pour la transformation et la conservation des aliments; mobiliers urbains pour la valorisation des déchets organiques; plateforme numérique pour l’échange de savoir-faire et l’orchestration savante du jardin.

Ces « quartiers fermiers » proposés recherchent une nouvelle symbiose où les productions organiques des uns transformés en fertilisants se valorisent en légumes sans produire de déchets.

http://www.faltazi.com/lesekovores/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s