Conférence gesticulée

La Plénière
Il convient dès le début de la plénière d’indiquer comment les choses vont se dérouler et quelles  sont :  la méthode et les « codes » qui vont présider à l’animation  et  à la synthèse de la journée.
Rappeler le but et les objectifs de la journée :  prise de décisions et/ou collecte d’idées.
Indiquer les thèmes qui seront abordés dans les différents ateliers.
Indiquer le déroulement des différents temps  forts (timing, interventions éventuelles d’ « experts » sur des sujets précis).

  • Présenter le choix fait par les organisateurs d’utiliser la prise de décisions au consensus pour « faire de la politique autrement » : philosophie, avantages, mode de fonctionnement  (points clefs).
  • Présenter et expliquer les « signes » qui vont être utilisés collectivement pour faire avancer plus facilement les choses.  FAIRE VALIDER CELA TOUT DE SUITE PAR L’ASSEMBLEE, en lui faisant utiliser immédiatement le « signe » qui dit  « OUI ».
  • Présenter les animateurs des premiers ateliers, qui ont été choisis pour lancer le processus.

Il convient de procéder en plénière comme dans les ateliers, en prévoyant :
1 ou plusieurs ANIMATEURS,
1 MAITRE DU TEMPS,
1 DISTRIBUTEUR DE PAROLE,
1 FACILITATEUR ,
1 SCRIPTE,
1 RAPPORTEUR.

Explications autour du consensus :

La philosophie. C’est actuellement la méthode de discussion/décision la plus démocratique expérimentée par des groupes de travail en Europe. Y parvenir est fondamental et requiert la participation de tous, un effort intellectuel pour s’informer et  comprendre les enjeux, la volonté de coopérer et la bonne foi de chacun.
C’est un moyen de créer  « l’intellectuel collectif ».
Le consensus ne consiste ni à atteindre un accord définifif  ni à s’entendre sur tout. Il s’agit de façonner progressivement des propositions collectives en tenant compte des points de vue de chacun.

Les avantages. La méthode se situe à  l’opposé du vote majoritaire qui est une facilité pour gagner du temps à court terme, mais qui en fait perdre à moyen terme, car les problèmes mal identifiés et les solutions hâtives créent des minorités  frustrées, des individus non valorisés, ce qui fait, à terme,  échouer le projet.
Le consensus permet non seulement d’obtenir de meilleures solutions aux problèmes posés mais aussi de développer la confiance en soi et la confiance réciproque entre les personnes présentes.

La méthode. Les débats de fond sont réservés aux ateliers.
La plénière n’est pas un lieu pour les débats. Elle a 4 fonctions :

  • Diffuser les informations et restituer le travail des groupes/ ateliers.
  • CONFRONTER  LES  PROBLÉMATIQUES et identifier les futurs thèmes de discussion.
  • Valider ou pas, de manière consensuelle (en utilisant les signes) les propositions d’ACTION des ateliers.
  • Renvoyer les ateliers au travail,  lorsqu’il n’y a consensus ni sur le fond ni sur les objectifs, soit dans la suite de la journée, soit à une journée de travail ultérieure dont les thèmes sont ainsi déjà pré-identifiés.

Les signes. Les signes sont maintenant utilisés par de nombreux groupes en Europe dans les discussions au consensus. Ils permettent de ne pas se couper la parole.

Signe d’accord en agitant les mains : Ils permettent de repérer d’un regard  le niveau de consensus qui se dégage au fur et à mesure que les propositions sont faites. Ils permettent d’éviter l’applaudimètre, et la répétition d’idées. Ils permettent la validation positive lors d’une prise de décision de la plénière.

Doigt levé : pour demander la parole.

Moulin des mains : « l’intervention traine en longueur ». Il est important d’utiliser ce signe à bon escient  et non pour faire « taire » la parole de l’autre.

T composé avec  les deux mains : problème technique, ne concerne pas les idées mais l’aménagement de l’espace de discussion (ex : « le repas sera prêt dans 10 minutes » ou « ta voiture gêne »)

Poing  levé : block, je quitte le projet si mon opinion n’est pas prise en compte.
Le block doit, bien sur,  être utilisé avec une grande modération.  Il est bien plus utile d’expliquer le problème et de proposer une solution.  IL IMPOSE à la personne qui bloque de  participer à l’atelier qui traitera de ce problème délicat et qui sera chargé de revenir vers la pléniere avec une ou des propositions positives et de nature à débloquer la situation.

Les ateliers

  1. Choisir UN animateur centré sur l’objectif  (la décision à prendre, les différents points à traiter,  le partage des responsabilités), UN  facilitateur distribuant la parole et régulant les conflits, UN gardien du temps,  UN scripte,  UN  rapporteur.
    Suivant la taille du groupe et les difficultés, ils peuvent se faire aider par un scrutateur de sensations, un médiateur des conflits.
    Si plusieurs ateliers sont suivis par le même groupe, les rôles doivent tourner.
  2. Former un cercle de façon à ce que tout le monde puisse se voir.
  3. L’animateur est chargé de rappeler de façon claire et synthétique  la méthode du consensus , sa philosophie, son but.
  4. Rapporter tous les faits et informations importantes  relatifs au thème de l’atelier et à ses objectifs.
    Décrire et présenter clairement et simplement (à l’écrit si nécessaire)  les points que l’on veut discuter. Indiquer dès le début quel est l’objectif de l’atelier (prise de décision OU simple collecte d’idées et de propositions à rapporter en plénière)
  5. Décider du temps que l’on veut passer sur chaque point de l’atelier et ainsi du temps de parole de chacun.
  6. La taille idéale de chaque groupe est de 10 personnes, afin que tout le monde participe. Si le groupe est plus grand, on peut le diviser en sous-groupes qui abordent chacun 1 aspect du thème de travail.
  7. UN rapporteur PAR  ATELIER  est nommé. Il a pour mission de circonscrire le débat.
  8. Tout au long de l’atelier, LE SCRIPTE REDIGE une affiche présentant les idées clefs, au gros feutre,  au fur et a mesure des avancées, validée  par le groupe et les sous-groupes .
    Il l’affiche devant le groupe qui peut demander des rajouts ou des retraits, jusqu’à  aboutir à la juste expression de toutes les idées clefs qui ont été exprimées.

Lorsque le travail en atelier doit aboutir à une décision collective, LE RAPPORTEUR  fera évoluer et raffiner une proposition potentiellement acceptable en plénière.
A la fin du temps imparti cette proposition doit être lue en atelier, validée, puis sera lue en
plénière.

TRUCS.

  • Toujours faire valider, à des étapes intermédiaires, les points clefs qui seront retenus dans le compte-rendu de l’atelier.
  • Expliquer la raison des limites au temps de parole. Insister sur l’appel à l’intelligence collective du groupe de travail, qui doit être capable d’éviter les redites, de proscrire la compétition d’idées, de choisir la coopération et la synthèse.
  • Recommander  l’écoute active, qui consiste à faire « plus » qu’attendre que l’autre ait fini de parler.  Ne  pas penser  immédiatement à contredire. Demander à mieux comprendre, laisser une pose à ceux qui sont moins rapides que vous.
  • Le distributeur de parole doit veiller à donner la parole prioritairement à ceux qui ne se sont pas encore exprimés.
  • Coopération : Dans une prise de décision (ou une validation)  consensuelle, il n’est pas question de savoir qui gagne ou qui fait passer ses idées. C’est plus une question de trouver ce que vous avez en commun et de coopérer positivement au processus. Evitez la concurrence et laissez les autres vous inspirer.
  • Rappeler que tout le monde est  co-responsable de la prise de décision consensuelle.
  • Elle repose sur la CONFIANCE.  Il faut savoir faire confiance dans la capacité des « petits » ateliers à prendre en compte toutes les objections imaginables, et à faire preuve d’intelligence collective.
  • Besoins de base : lors de choix difficiles, remonter aux besoins de base qui sous-tendent  les décisions à prendre permet de réaliser que les points de vue sont bien souvent peu éloignés les uns des autres.

Ne pas hésiter à rappeler chaque fois que c’est nécessaire les points clefs de la méthode :  Confiance réciproque, Respect, Coopération, Ecoute active, Synthèse, Intelligence collective, Construction d’une véritable démocratie.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s