Bienvenue

La nature parle

Champs communs

est une initiative qui propose des ouvrages d’expérimentation collective où l’aubaine est cette part qui vient du « être et faire ensemble » et où la communauté est cet ensemble qui concrétise les résonnances du possible de ces chants communs.

Aujourd’hui nous proposons une participation aux tâches d’entretien d’un champ de 50 oliviers sur les collines de Lançon-Provence? Demain nous mettrons en place un rucher pour l’apprentissage et le développement de l’apiculture.

Les communs ? Ils sont au fondement même de notre vie collective. Ce sont les biens communs. L’air, l’eau, les savoirs, les logiciels et les espaces sociaux, et bien d’autres choses qui rendent possible la vie quotidienne et le bon fonctionnement de l’économie. De nombreux biens communs sont cependant menacés – ils sont ôtés à la collectivité, commercialisés, détruits de manière irréversible. Or la notion de droits « exclusifs » reconnus au propriétaire individuel connait depuis quelques trois décennies une phase de durcissement et d’extension continue à de nouveaux objets (vivant, logiciels, semences, médicaments, savoirs traditionnels…). Aussi, on assiste, comme s’il s’agissait d’une « contre-tendance », à la montée de revendications et de pratiques pour mieux garantir différents types de « communs » conçus et administrés par des collectifs d’acteurs aux configurations multiples. C’est ainsi que les « communs », qui consistent non en une négation des droits de propriété mais en des formes nouvelles de partage et de distribution des attributs de ce droit (sous la forme de droits d’accès, d’usage, de prélèvement …) entre différentes parties prenantes, connaissent aujourd’hui un formidable regain. Les nouveaux communs qui tirent leur origine de formes très anciennes de droits « communaux » (garantissant l’accès à l’eau, aux pâturages, aux moulins à grains pour les communautés villageoises…), ouvrent ainsi des espaces neufs et permettent de repenser radicalement le droit de propriété tel qu’il était conçu et prévalait jusqu’ici. Des logiciels libres aux licences creative commons permettant l’accès et le partage des créations artistiques ou scientifiques au plus grand nombre, des plateformes ouvertes permettant l’autopartage des biens les plus variés aux garderies auto-gérées… Les communs se présentent aujourd’hui comme autant de solutions à la crise de l’idéologie propriétaire et à l’exclusivisme qui lui sert de fondement.

L’importance des communs dans un monde en transition.

De nombreux éléments de la vie courante, matériels et immatériels peuvent faire l’objet de logiques de partage et définissent un espace qui échappe aux logiques de la propriété exclusive. Ces ressources partagées sont organisées et régulées par les communautés, petites ou grandes, locales ou largement distribuée. Ces acteurs créent, maintiennent et/ou développent les communs dans lesquels ils s’investissent tels que  les logiciels libres, les cartes partagées, les jardins urbains coopératifs… Le mode de gouvernance des communs a été très présent dans les pays occidentaux entre le 12ème et 18ème siècle pour la gestion des ressources naturelles et on en voit encore les réminiscences dans différents pays (ex : affouages en France). Il est encore très présent dans la gestion de terres agricoles et de systèmes d’irrigation de nombreux pays du Sud. Il fait un retour dans la pensée et dans l’action, à la faveur de deux grands facteurs : la complexité accrue des situations auxquelles nos sociétés sont confrontées et les crises systémiques à répétition qui en résultent d’une part, et l’irruption d’alternatives portées par de nouvelles communautés comme celle du numérique d’autre part. Les communs privilégient la valeur d’usage des ressources (l’intérêt pour les individus et les collectivités) plutôt que leur valeur d’échange (leur monétisation). Cette approche permet de penser le développement territorial, l’organisation urbaine, la relation entre producteurs et consommateurs…, contribuant ainsi à renouveler la façon dont le développement durable est aujourd’hui envisagé.

 

« Laissez vous porter par la musique et osez, osez chanter ! »

… à regarder jusqu’au bout si nous ne voulons pas sa fin…

 http://www.youtube.com/embed/nGeXdv-uPaw

 

… des blogs à voir…

Gaz de schiste Provence
(cliquez sur l’image)

SiteGdSProvence

Site du Pays salonais en Transition  (cliquez sur l’image)

Salon Transition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s